Mot du Chef d'Etat-Major de la Marine nationale

Contre-Amiral Abdou SENE : Chef d'Etat-major de la Marine nationale

Contre Amiral Abdou SENE

Chef d'Etat-Major de la Marine nationale

            L’AGE DE LA MATURITE OU L’EMERGENCE D’UNE MARINE REGIONALE

    Au moment où je prends le commandement de la Marine nationale, cette armée de mer amorce une phase importante dans son processus de développement et de transformation. Cette phase coïncide avec un contexte particulier où le Sénégal est en voie de devenir un pays producteur de pétrole et de gaz grâce à une exploitation industrielle offshore.

    Conscient des enjeux multiples résultant de cette maritimisation renforcée de notre économie nationale, le Président de la République, Chef Suprême des Armées a mis en place un programme inédit d’équipement et de modernisation de la Marine afin de lui permettre de mieux prendre en charge les problématiques liées à cette complexification de notre espace maritime.

     Cette haute volonté politique a placé la Marine dans une véritable ère de transformation technologique voire de révolution des affaires militaires marquées, particulièrement, par l’acquisition de capacités nouvelles telles que les patrouilleurs lance-missiles dotés de systèmes d’armes à la pointe de la technologie, des drones et la création d’une Ecole de la Marine aux infrastructures et aux équipements modernes et flambant neufs. Notre institution a ainsi sans nul doute, grâce à la vision et à la culture stratégique de son Chef suprême, atteint l’âge de la maturité. C’est pourquoi, à cet âge de la maturité, son identité doit être claire et bien comprise. Cette identité, longtemps affirmée, qui s’est surtout faite dans le temps et la pratique coutumière de ses missions régaliennes.

        Ainsi, la Marine nationale est d’abord, d’une part, une force navale et militaire dont la fonction est encadrée par la loi 70-23 du 06 juin 1970, modifiée qui définit le cadre d’exercice de la défense et la mission fondamentale des Armées. A ce titre, en tant qu’armée de mer, la Marine joue pleinement son rôle dans la posture permanente de sureté qui garantit l’intégrité du territoire national. Elle est ainsi une sentinelle en mer chargée de veiller et de protéger le sanctuaire national et aussi de riposter contre toute menace venant du large. D’autre part, la Marine est aussi en même temps une administration dont la majeure partie de ses missions est ancrée dans l’action de l’Etat en mer. Elle assure ainsi une fonction de garde-côtes qui vise à garantir la protection et la durabilité des ressources marines, animales ou minérales contenues dans la Zone économique exclusive (ZEE), et qui donc fait appel à des mécanismes opérationnels d’application de la loi en mer. En définitive, la Marine est donc une institution qui repose sur deux pieds : un dans la défense militaire du territoire et l’autre ancré dans l’application de la loi en mer.

      Notre rôle, en tant que Chef d’Etat-major de la Marine nationale, consiste donc à asseoir cette identité et cette maturité de notre institution en mettant en place un cadre de haut niveau d’expression de ses missions régaliennes et de coopération avec les marines africaines et du monde.

Pour ce faire, il faudrait que la posture de la Marine repose sur une véritable stratégie navale avec un contrat opérationnel clairement identifié et des processus et des moyens pour y parvenir.

      Pour atteindre nos objectifs, il nous faut tout d’abord des hommes et des femmes, bien formés et motivés, qui aiment leur métier pour toujours faire face à l’adversité en mer. Il nous faut aussi miser sur la technologie qui est un facteur multiplicateur de réussite et l’efficacité dans nos actions de tous les jours. Il s’agira aussi de renforcer le professionnalisme et le savoir-faire du personnel par la formalisation de procédures et de modes opératoires et l’optimisation d’une organisation capable de prendre en charge, de manière efficiente, aussi bien les missions de défense que celles ancrées dans l’action de l’Etat en mer.

     Je mesure la lourde tâche qui attend les marins dans la mise en œuvre de cette stratégie navale de protection de notre territoire et de domination de notre ZEE, car nous devons, à chaque instant du déroulement inexorable du temps, être plus performants dans nos actions mais aussi toujours fermes et résilients comme quand nous affrontons intrépides les violents embruns salés d’une mer déchainée provoqués par la tempête.

 

Des marins professionnels et épris du plus beau métier du monde et une maitrise de la technologie et de l’innovation, voila ce qui fonde les grandes marines du monde et la Marine nationale de notre pays a fait le pari d’y figurer grâce à l’impulsion et la vision du Président de la République, Chef suprême des Armées.